Tout commence dans l'Antiquité ...

Il existe deux hypothèses quant aux origines du British Shorthair.

La première est que des chats égyptiens ont été ramenés à Rome par des soldats qui les ont ensuite transportés avec eux en Europe, installant dans les campagnes les ancêtres du british qui étaient de féroces chasseurs. Les chats protégaient les moissons à la maison, mais également les réserves de nourriture des armées. Nos british ont alors gagné leurs lettres de noblesse, se faisant véritablement adouber par des empereurs tels Auguste (environ -50 AJC). Ils seraient arrivés en Grande Bretagne au deuxième siècle après JC, lorsque les romains ont colonisé cette région.



Quoi qu'il en soit, le British shorthair a acquis sa rondeur et sa force par ses qualités de chasseur, et son tempérament calme et facile à vivre en étant déplacé d'un pays à un autre, accompagnant les soldats dans leurs conquêtes européennes.



En 1871, Harrison Weir décida d'organiser la première exposition féline au Crystal Palace à Londres, et la grande gagnante de la journée fut sa femelle British Shorthair bleue tabby, alors âgée de 14 ans. En 1889, Harrison co-écrit le livre "Our Cats" où il décrit les premiers standards de diverses races de chats, y compris ceux du British Shorthair nommé ainsi pour mettre l'accent sur ses origines locales. En 1901, enfin, Lady Claud Alexander crée le premier clud de race, le British Cat club, et la race qui reçoit alors les honneurs de la presse anglaise de l'époque connaît un regain d'intérêt auprès du public.



La Première Guerre Mondiale marqua un déclin dans l'élevage de chats, mais à la fin de la guerre, les éleveurs qui avaient pu garder un british shorthair se lancèrent avec passion dans une recherche de perfectionnement des standards. Dans un premier temps, comme il ne restait que très peu de british, les éleveurs introduisirent dans leurs lignées des chats de gouttière, mais le type qui en résultat ne leur convenait pas. Pour essayer de retrouver la rondeur initiale, ils croisèrent alors leurs british avec du persan, introduisant alors le gène "poil long" dans la race, donnant naissance au british shorhair. Ces chats croisés ne furent plus reconnus comme "british" par le club de race anglais, et il fallu trois générations pour récupéréer les pedigree. Entre temps, les anglais s'intéressent bien plus au persan et à l'exotic et la race du british fut peu à peu laissée à l'abandon...

 

 

La Seconde Guerre Mondiale coûta la vie à de nombreux chats... A la fin des années 40, il ne restait presque plus de reproducteurs british. Cette fois, les éleveurs firent appel aux chats de gouttière, mais également aux bleus russes, aux burmese et aux chartreux français. Puis ils firent de nouveau appel aux persans pour retrouver un type plus rond. Ces éleveurs firent un merveilleux travail de sélection pour préserver le type du british en évitant trop de consanguinité tout en 'jonglant' avec les attributs des autres races...



Et aujourd'hui ?

 

La race se développe bien dans les années 70 dans toute l'Europe, et est officiellement reconnu par la FIFé en 1979. En 1980, le british est autorisé à concourir aux Etats Unis. Aujourd'hui, le british shorthair ou longhair est une race appréciée dans le monde entier pour sa rondeur, son caractère placide, et l'étonnante variété de couleurs qu'il propose



 

Nos chats sont testés :

 

PKD.FIV.FELV- négatifs

 

Identifiées Génétiquement